oloronbonsplans@gmail.com

Mar
23
sam
CONFÉRENCE **Les Chansons et L’histoire** ◘ Accous @ Mairie (au 1er étage)
Mar 23 @ 14:30 – 17:00

Les Chansons et L’histoire
C’est Francis CHA qui nous presentera ce sujet. Il est déjà venu nous présenter d’autres conférences, fruits de ses recherches.
voici la présentation qu’il nous a transmise pour cette conférence:
“” Chansons et histoire de France :
Sous l’ancien régime, la chanson était le reflet de l’opinion publique.
« Qu’est-ce qui se chante au Pont Neuf ? » se demandait-on à la cour.
La Révolution se déroula au son de « La Marseillaise », du « Chant du départ », de la « Carmagnole » et du « ça ira ».
La commune de Paris, en 1871, nous laissa « l’Internationale », « La semaine sanglante », « Le temps des cerises ».
La fin du siècle grâce aux libertés obtenues dans la République vit l’épanouissement d’un répertoire riche et varié.
Les chansons patriotiques, « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine », « Le régiment de Sambre et Meuse », « En avant les p’tits gars », préparaient la revanche de 1871 contre l’Allemagne.
La guerre de 14-18 nous laissa « La Madelon » mais aussi des chansons pacifistes : « La chanson de Craonne », la «Butte Rouge».
Dans les années20-30, on chantait l’empire colonial français (« Ma petite tonkinoise »), l’émancipation féminine (« Elle s’était fait couper les cheveux »).
Pendant l’occupation, certains écoutaient « Maréchal, nous voilà ! », d’autres, « le Chant des partisans ».
Plus tard, des chansons décrivirent l’horreur de la guerre (« Nuit et brouillard » de Jean Ferrat, « Elle s’appelait Sarah » de Jean Jacques Goldman).
Après- guerre, la chanson a accompagné les grands mouvements de la politique française. Jean Ferrat faisait l’éloge du communisme (« Potemkine », « Ma France »), Léo Ferré celui de l’anarchisme (« Les anarchistes »). Vian et Le Forestier chantaient le pacifisme (« M le Président », « Parachutiste »). Philippe Clay et Gilbert Bécaud défendaient le gaullisme.
Des chanteurs surent exprimer en trois minutes les évolutions de la société françaises : l’exode rural (« La Montagne » de Jean Ferrat), la fermeture des usines et le chômage (« Les mains d’or de Bernard Lavilliers), la libération sexuelle (« Les élucubrations » d’Antoine, « Je voudrai faire l’amour avec toi » de Polnareff…. ), les problèmes écologiques ( « Portsall » de Caradec…..), la surconsommation ( « Foule sentimentale » de Souchon)…..
La chanson, cet « art de la miniature », est un des meilleurs « sismographes » culturels pour comprendre les évolutions des sociétés.””
Nul doute que ce sera un plaisir d’entendre ces chansons qui nous feront revivre des souvenirs .. et aussi ce que se chantait dans des moments forts de notre histoire et qui constitue nos racines.

  • Comme nous en avons pris la bonne habitude, nous apprécierons de commencer la conférence a l’heure prévue. Comme nous l’a dit quelqu’un, il suffit de partir un peu plus tôt de la maison.